Menu

« Orphée et Eurydice » de Gluck à l’Opéra Comique

Opéra - 107 min.
À propos

Fortes de leurs savoir-faire respectifs et complémentaires, ARTE et Radio France renforcent leur collaboration. Ce rapprochement historique a pour objectif le rayonnement de la musique classique auprès de tous les publics.

Dans le cadre de cet accord, Radio France et ARTE enrichissent leurs offres musicales et s’engagent à produire plus de concerts en vidéos et de contenus accessibles en ligne. Ces productions audio et vidéo sont proposées au sein d’un nouvel espace numérique intitulé ARTE-France Musique.

Fermer

L’amour par-delà la mort : inconsolable, le poète Orphée suit sa femme Eurydice jusqu’au royaume des ombres. Christoph Willibald Gluck a su libérer l’opéra du carcan formel baroque pour le faire accéder à l’ère classique. Raphaël Pichon est à la direction, les rôles-titre sont chantés par Marianne Crebassa et Hélène Guilmette.

 

Le mythe d’Orphée, poète et chanteur originaire de Thrace dont la voix était si belle qu’elle est même parvenue à vaincre la mort, compte parmi les sujets les plus traités dans le répertoire lyrique.

 

L’Orfeo, le premier opéra de Monteverdi (dont la partition nous est parvenue) parle de sa descente dans le royaume des morts. Le poète mythologique figure donc aux origines de l’histoire de l’opéra. 250 ans plus tard, Gluck s’empare à son tour de sa légende lors de la grande rupture formelle marquant le passage du baroque au classique. Le compositeur allemand s’est efforcé d’affranchir l’opéra italien de son formalisme pour conférer une plus grande liberté à l’intensité dramatique de l’intrigue. Orphée et Eurydice est aujourd’hui un de ses opéras les plus donnés. La version proposée par l’Opéra Comique est celle en français remaniée par Berlioz en 1859 pour la chanteuse Pauline Viardot.

 

Dans cette nouvelle production, le metteur en scène Aurélien Bory fait parcourir à Orphée différents espaces imaginaires entre psyché, surnaturel et au-delà. Agé de 33 ans, le chef Raphaël Pichon dirige l’Ensemble Pygmalion, formation spécialisée dans la musique baroque qu’il a fondée en 2006 et qui a depuis engrangé plus d’une récompense.

 

Écrit à l’origine par Gluck pour un castrat, le rôle d’Orphée est aujourd’hui le plus souvent confié à un ténor, un contreténor ou une alto. À l’Opéra Comique, la mezzo-soprano Marianne Crebassa incarnera le poète de la mythologie. A ses côté, Hélène Guilmette sera Eurydice, l’épouse d’Orphée.

Crédits :

Direction musicale – Raphaël Pichon
Mise en scène – Aurélien Bory
Orchestre – Ensemble Pygmalion

Chanteuses – Marianne Crebassa, Hélène Guilmette, Lea Desandre